Initiatives et Patrimoine

Cailhau : L’histoire de Notre-Dame des Prés

Cailhau : L’histoire de Notre-Dame des Prés

3 Juil, 2017

 

 

Depuis le 16 juillet 1636, une fois l’an, a lieu à Cailhau le pèlerinage vers Notre-Dame des prés.

Cette année encore, et 380 années plus tard, cette procession a eu lieu, dimanche 2 juillet 2017.

Plus de cent personnes ont répondu à l’appel de Notre-Dame des Prés (Notre-Dame de la Grâce).

Voici l’histoire de Notre-Dame des Prés, haut lieu de pèlerinage du bas-Razès.

Bruno Ferrisi.

20170702_111324

Cailhau – Messe à Notre Dame des Prés – 2 juillet 2017

En ce début du XVII ème siècle, le royaume de France panse ses plaies après de longues années de guerre de religion qui ont ensanglanté et ruiné le pays.
L’apaisement a été entrepris par Henri IV et poursuivi par Louis XIII. L’Edit de Nantes a été enregistré en février 1599 par le parlement de Paris mettant un terme provisoire aux luttes entre catholiques et protestants. Il faudra cependant attendre encore 30 ans avant que ne cessent ces guerres fratricides.
Dans ce climat de paix renaissante, la France retrouve sa piété : les Grands Ordres se reforment, de nouveaux voient le jour. Dans sa fidélité à l’Eglise, le roi Louis XIII consacre en 1638 le Royaume de France à la Vierge.

20170702_120342A Cailhau, à l’autre bout du royaume, on soigne aussi ses blessures. Au bas du village, il ne reste que ruines d’un sanctuaire à la Vierge sous le vocable de Notre dame de Grâce. Ce sanctuaire est d’une origine très ancienne dont la mémoire s’est perdue.

En 1572, une troupe de reitres passant dans le pays, pilla et brûla la chapelle. Ses matériaux furent utilisés pour réparer les fortifications de Cailhau. La perpétuation de Notre Dame des prés devient très irrégulière. Le curé de Cailhau de l’époque, Monsieur Faure, consacra toute son énergie à restaurer l’église du village. Ce n’est qu’au tout début du siècle que cet état d’abandon changea.

Le 26 mars 1636, en faveur de ce sanctuaire, de la mémoire passée mais sacrée, l’on  se mobilisa et on fonda une confrérie dite « Notre Dame du Mont Carmel ».
Extrait de l’acte du jour de Me Jean Cazilhac, notaire royal de Lauraguel :

« L’an mil six cens trente six et le vingt et cinquième jour du mois de Mars, jour de fête de l’Annonciation de la Glorieuse Vierge Marie et dans l’église et chapelle de Notre Dame de Montcarmel, diocèse de Narbonne et sénéchaussée de Carcassonne, dédiée à son honneur et gloire avant midy Régnant Très Chrétien Prince Louis par la Grâce de Dieu, Roi de France et  de Navarre en présence de Maître Raymond PAGES, Notaire royal dudit Cailhau, prieur de ladite chapelle et restaurateur de la confrérie y érigée sous le nom de Notre Dame du Montcarmel… ».

Une habitation attenante fut construite pour recevoir un prêtre. Des prés et champs furent légués souvent à la charge de célébrations et messes en faveur desdits donateurs, « …lesquels biens ci-dessus apposés sont suffisants pour l’entretenement d’un prêtre qui résidera à icelle de sorte que Me Jean Jod, prêtre du lieu de Fanjeaux s’est offert d’y résider pour y faire les services pour la dévotion qu’il a envers ladite Chapelle Notre-Dame de Montcarmel et confrérie y érigée et de faire donation en faveur de ladite chapelle de tous et chacun se biens, rentes et revenus qu’il a et possédera le jour de son décès… » (sic).  (Cf. acte de Me Cazilhac du 25 mars 1636). Les pèlerinages commencent, le jour de la fête du Montcarmel, le 16 Juillet.

20170702_120317En 1789, pendant la révolution, la chapelle fut dépouillée et fermée. Les biens de la confrérie furent confisqués et vendus. Après la révolution, la chapelle fut vendue et devint propriété privée, malgré la requête adressée au Directoire du district de Limoux du 25 mars 1791 où il est question de l’attachement profond de la population envers cette chapelle, propriété alors de la commune. Ce bien fut donc vendu et même plusieurs fois.

1793 à 1884. Le modeste sanctuaire n’en vit pas moins son entrée interdite à deux reprises.

20170702_120141En 1870, les conscrits de Cambieure vinrent se placer sous la protection de la Madone.

En 1884, un calice d’argent fut offert à Notre-Dame des Prés.

Le 20 Juillet 1902, le nouveau propriétaire, Monsieur Cadène, décida de rouvrir au culte la chapelle. le curé de l’époque, monsieur Gayral, assisté de toute la population, fit restaurer l’édifice. Cailhau, Cailhavel, Cambieure se retrouvent pour une fête religieuse et célèbrent ainsi le retour au culte de Notre-Dame des Prés.  La Semaine Religieuse de l’époque relate ces festivité  : « …Grand-messe le matin, le soir à la tombée de la nuit une procession aux flambeaux depuis Cailhau, Salut du Sant Sacrement et feu d’artifice… ». Ainsi avait repris le culte à N.D des Prés.

En 1910, le nouveau curé de Cailhau, Mr l’Abbé Bonnet, prit à cœur la restauration du sanctuaire.

En 1913, quelques travaux de consolidation et d’embellissement furent entrepris.

En 1914, Notre-Dame des Prés ne cesse d’être aussi Notre-Dame de Grâce. L’on dit ici que des hommes partant à la guerre y vinrent se consacrer. Ce sont eux qui revinrent…

En 1938, la toiture menaçant de s’effondrer, l’Abbé Bonnet prit le parti  radical de tout détruire pour tout réédifier. Une souscription fut ouverte.

En juin 1939, toiture, voûte et murs étaient remis en état.

20170702_120047Le 2 juillet 1939, la chapelle fut de nouveau inaugurée. Monseigneur Pays vint procéder à la bénédiction du sanctuaire. Quelques années après, deux vitraux furent posés. L’un d’eux représente Saint Louis avec tous les symboles de sa vie. Ils sont l’œuvre de l’atelier de vitraux de l’abbaye d’En Calcat (Dourgne – 81).

Depuis, régulièrement, sous l’impulsion de l’abbé Quérol, chaque année, des améliorations sont apportées. Le pèlerinage reprend vie et rassemble les fidèles de tout le doyenné à la mi-juillet.

Grâce à la bonne volonté de nombreux paroissiens, aux encouragements de notre curé, aujourd’hui rappelé à Dieu, et à la bienveillance de la famille Escalier, propriétaire des lieux, Notre Dame des Prés a retrouvé son modeste domaine et veille sur le pays. De nombreux ex-voto sont là pour témoigner des Grâces obtenues. Parmi celles-ci, nous retiendrons celle que rapporte la tradition : tous les soldats partant à la guerre de 1870 comme de 1914 qui se consacrèrent avant le départ, revinrent tous sains et saufs.

20170702_120251Aujourd’hui, si Notre-Dame des prés a vécu longtemps dans les tourments des guerres et de l’intolérance des hommes, elle connaît maintenant dans le calme le respect du culte dû à chacun. Une fois l’an, un pèlerinage le dimanche suivant la fête de Notre-Dame du Montcarmel ainsi qu’une messe y sont célébrés.

 

Garde le blé, garde la vigne

Mais avant tout, faveur insigne

Daigne garder Dieu dans nos cœurs

 

Avec toute notre reconnaissance à monsieur Richard, directeur des services d’archives de l’Aude, pour l’aide importante qu’il nous a apporté.

Notes historiques sur N.D. Des prés, d’après l’acte de fondation de la Confrérie de N.D.
Du Mont Carmel du 25 mars 1636.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *