Initiatives et Patrimoine

Cailhau – Route Départementale 18 : Toute une histoire !

Cailhau – Route Départementale 18 : Toute une histoire !

11 Juil, 2017

DSCF3266La route départementale n°18 est la seule et unique route qui traverse le village de Cailhau.
Peinte à multiples reprise par Achille Laugé, cette route pittoresque traverse la Forêt de la Malepère jusqu’à Carcassonne.

En 1839, M. Roulleau-Dugage, Préfet du département de l’Aude, signait le rapport du Conseil Général de l’époque qui étudiait les besoins du département de l’Aude, et préparait les améliorations  que l’administration devait prendre à tâche de réaliser en 1840.

Parmi les multiples délibérations, la route départementale n°18…

RD18Extrait des délibérations :

« La route départementale n.° 18 , dite du Ratés, vient aboutir perpendiculairement près de Cailhau, sur la route départementale n.° 9; au-delà, en ligne directe , se trouve Mirepoix ; et je ne puis douter qu’en classant cette route, nos prédécesseurs n’aient eu l’intention de la prolonger ultérieurement jusqu’à cette Ville de l’Ariège , autrement elle n’aurait véritablement pas pu être considérée comme une ligne départementale; elle n’aurait pas même, à mes yeux, l’importance d’un chemin de grande communication. Ce prolongement, si naturellement indiqué, a été demandé parle Conseil d’arrondissement de Limoux comme route départementale ; plus tard, par le même Conseil et par la plupart des communes intéressées, comme ligne de grande communication ; enfin, cette année le Conseil d’arrondissement de Limoux renouvelle ce dernier vœu, en classant toutefois ce chemin dans la deuxième catégorie qu’il propose d’établir. Il donne avant tout la préférence au chemin de Limoux à Fanjeaux par Alaigne, dont il demande le » classement avec une nouvelle instance. Je ne saurais, Messieurs , partager cette manière de voir; je mets le prolongement de la route n.° 18 jusqu’à Mirepoix dans un ordre d’importance bien supérieur à celui du chemin par Alaigne. Ce chef-lieu de canton s’embrancherait facilement sur le chemin de Mirepoix, qui en serait fort rapproché et aurait ainsi un débouché sur Limoux par la route n.° 9. 

RD18BRD18C

Il me semble entrevoir que l’Administration de Limoux n’insiste si fort sur le classement du chemin d’Alaigne, avant tous les autres, que parce qu’elle ne doute nullement que le chemin faisant suite à la route n.° 18 sera nécessairement classé quand cette route sera achevée jusqu’à Cailhau, ce qui ne tardera pas, et qu’elle craint que ce classement ne devienne ensuite un argument contre le chemin d’Alaigne. Ce n’est donc pas parce qu’il est plus important, mais au contraire parce qu’il l’est moins et que son existence à venir est plus problématique -y que l’Administration intelligente dé l’arrondissement de Limoux insiste si vivement pour obtenir un classement dont elle connaît tous les côtés faibles et auquel on n’a donné la dénomination de Limoux à Fanjeaux que pour lui créer une apparence nominale plus séduisante; car il est incontestable que les relations des deux points extrêmes, Limoux et Fanjeaux, s’établiront toujours par la route départementale n.° 8, de préférence au chemin si montueux d’Alaigne. Le prolongement de la route n.« 18, au contraire, amènerait immédiatement des relations plus directes entre Mirepoix et Carcassonne. Peut-être même est-ce ce motif qui, par des considérations étroites de localité, déterminerait Limoux à voir avec moins de faveur ce prolongement, dans la crainte qu’il diminuât l’importance de la route n.° 20 par Saint-Benoît, et ne permît à ceux qui viendraient de Mirepoix vers le bas Languedoc, de raccourcir de beaucoup leur trajet en évitant de passer par Limoux et par la route montueuse de Chalabre. Je ne puis m’expliquer différemment, Messieurs, une préférence qui ne me paraît pas autrement justifiable. Quant à moi, je n’hésite pas à vous proposer dès à présent le classement du chemin prolongeant la route n.° 18 jusqu’à la route n.° 20 , par Belvèze et Caudeval, parce que son importance et son utilité générale me sont parfaitement démontrées ; il prendrait le n.° 8 et le titre de Chemin de Carcassonne à Mirepoix.

Les communes qui devraient contribuer à sa confection me paraissent devoir – être :

Première catégorie. Belvèze , Bellegarde , Escueillens , Lignairolles , Saint-Just-de-Belengard , Seignalens, Caudeval, Gueytes et Labastide et Cailhau.

Deuxième catégorie. Gramazie , Montgradail, Alaigne, Brugairolles, Gailhavel, Cambieure, Villarzel-du-Razés , Lavalette , Ferran, Mazerolles, Peyrefite-du-Razés et Tréziers. »

Bruno Ferrisi.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »