Initiatives et Patrimoine

Christine Daunis : Une passion, de fil en aiguille…

Christine Daunis : Une passion, de fil en aiguille…

1 Oct, 2017

Si vous passez par Cailhau, vous rencontrerez sûrement à l’ombre du chêne vert, sur la placette Jean Daunis, l’Atelier Christine D. installé dans l’Écurie de Pépé.
C’est dans ce lieu pittoresque que nous avons rencontré la propriétaire et créatrice Christine Daunis.
Un entretien « sur mesure »  avec un petit bout de femme au talent aussi grand que sa simplicité !

 

Culture Cailhau : – Christine, parlez nous de votre parcours.

22068974_10212352181374379_1539144034_oChristine Daunis : – Je suis née le 14 avril 1958  à Carcassonne mais mes racines sont à Cailhau. J’ai fait mes études à Toulouse jusqu’en seconde, en arts plastiques, à St Sernin.
Pour réaliser mon rêve, j’ai travaillé dur et j’ai passé mon concours d’entrée à l’école des  Beaux Arts, que j’ai réussi. J’y suis restée cinq ans. J’ai eu mon diplôme régional de publicité et pour le plaisir j’ai fait un an de plus en audiovisuel, avant de partir en Amérique du sud.

CC : – Que faisiez vous si loin?

CD : – C’était en 1981 au Pérou. Je travaillais comme dessinatrice pour la fondation « Alliance Française » qui promouvait la culture et la langue française.
Il y avait un cinéma et je faisais les affiches toutes les semaines, à la main. Par la suite j’ai passé mon diplôme de professeure, et j’ai enseigné le Français.
Puis je suis rentrée en France où j’ai travaillé comme maquettiste à Toulouse dans une société de sérigraphie publicitaire. A l’époque les ordinateurs et la PAO n’existaient pas. Je dessinais tout à la main. Le dessin était ma passion.

22068931_10212352506062496_1054438085_oCC : – Puis ce fût le retour à Cailhau ?

CD : – Oui, pour des raisons familiales je suis revenue à Cailhau et l’expérience que j’avais acquise pendant toutes ces années m’a permise de créer mes premiers écrans de sérigraphie et  mes premiers t-shirts. Ma mère cousait et j’avais des bases de couture depuis l’enfance et donc naturellement, de fil en aiguille,  je me suis mise à faire des patrons et j’ai ouvert mon atelier il y a 5 ans à l’endroit même où mon grand-père, à l’époque, avait son écurie. D’où « L’écurie de Pépé« …

CC : – Quel genre de vêtements créez-vous et quelle est votre source d’inspiration ?

CD : – J’ai beaucoup de mal à définir le style de mes créations. Mes vêtements sont originaux et atypiques. Ils s’adaptent à tout le monde, à tous les styles et toutes les corpulences.
Pour créer un vêtement, je trouve l’inspiration en observant les gens dans la rue,  je me base sur des formes que j’aime, sur des fringues qui me plaisent et je gratte, je les transforme à ma façon. Je découpe des morceaux de papier, je fais un patron, je taille et je fais un prototype, à ma taille et je le porte. Suivant la réaction des gens je le reproduis ou non. C’est ma passion, mais je me base beaucoup sur ce que me disent les gens.
22184683_10212380503442413_1909099568_nA partir de là, je vais chez les fournisseurs,  je vois les tissus qu’il faut, je les touche, et je vois ce que je vais faire. Je n’achète que des tissus unis puisque je fais moi-même la sérigraphie. Je les imprime, je taille et je confectionne. Chaque vêtement à son motif. Ce sont des pièces uniques que je peux reproduire dans des tailles ou des couleurs différentes, et personnalisées suivant les désirs de chacun.

CC : – Combien de temps prends la confection d’un produit ?

CD : -Pour des pantalons par exemples je peux en faire trois ou quatre dans la journée, par contre pour une veste ou un blouson plus élaboré, il me faut une journée complète. J’essaie de travailler exclusivement avec des tissus Made in France, mais il m’arrive notamment pour la laine polaire d’utiliser des produits allemands. Le prix de mes créations ne représente pas du tout le travail nécessaire à sa conception… Elles seraient hors de prix !

CC : – Mis à part dans votre atelier où peut-on trouver vos créations ?

CD : – Mes créations sont en ventes durant la saison estivale et les fêtes de fin d’année dans une boutique à Minerve (34) et la chambre des métiers de Carcassonne remonte une boutique dans la Cité médiévale, et je suis partie prenante dans ce projet.
J’expose aussi chaque année au Salon d’hiver de Toulouse. Cette année ce salon se déroule du 9 au 18 décembre 2017.
Enfin, j’ai un ami qui m’aide à élaborer un site Internet et une boutique en ligne qui est en passe d’être terminé…22155493_10212380501122355_263360048_n

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *